Confinés mais heureux ?



On ne va pas se le cacher, cette période de la pandémie est une catastrophe : sanitaire bien entendu mais aussi économique. Bon nombre de restaurateurs sont en situation très précaires, les cavistes même s’ils font partie des commerçants qui fournissent des biens essentiels sont également en situation difficile, les vignerons-récoltants, les petites et grandes maisons souffrent de cette situation. Paradoxalement, c’est aussi l’occasion d’innover, de renforcer sa stratégie digitale et de réfléchir à améliorer les services que nous pouvons offrir à nos clients.


Je ne dis pas que je suis ravi de ce confinement ni du couvre-feu ; bien au contraire !

Je suis très en colère : du climat délétère et anxiogène qui règne, de la désastreuse gestion de la crise ; je suis consterné à cause de la précarisation galopante que je vois chez mes clients dont certains ont peur de devoir fermer boutique.


2020 pour le secteur de la restauration est une année à enterrer …le plus vite possible !

Dans cette période, je suis encore plus admiratif de tous ceux et celles qui se battent, qui relèvent le défi pour être encore plus créatifs et continuer vaille que vaille à accomplir leur mission : donner du plaisir gustatif.


Aussi, je vous invite à aller massivement chercher les menus à emporter, à ne pas hésiter à les appeler pour les soutenir.

Dégustez un bon plat, débouchez une bonne bouteille, faites le plein de bonnes sensations sensorielles.

Nos restaurateurs, nos cavistes le valent bien. Et c’est aussi la clé pour vivre confinés mais heureux !

Ne dit-on pas : « boire un canon, c’est sauver un vigneron ? » !

Sébastien Laffitte

Sommelier-vigneron